LES ROBOTS DANS LES YEUX

Après quelques aléas de programmation liés à la crise sanitaire, la Tournée des Robots a repris du service et sillonne les établissements scolaires d’Occitanie*. Cet évènement à la programmation variée (ateliers, expositions, rencontres) a notamment pour objectifs de rendre le numérique accessible à tous, de favoriser l’intégration sociale et la réussite scolaire, de permettre aux jeunes de s’affranchir des stéréotypes dans leurs choix d’orientation mais aussi de développer leur esprit critique. L’un de nos médiateurs, Daniel, passionné et enthousiaste, partage son expérience dans ce témoignage. Un témoignage à retrouver également ici.

Atelier BoumBot au lycée polyvalent Le Garros à Auch. Crédit Photo @LycéeLeGarros

« Démystification ! Le temps se retrouve beaucoup plus minuté dans l’algorithme du robot qu’au cours de la séance d’animation. Le temps file à une vitesse au fil des défis, et les lycéens en redemandent. La Tournée des Robot a laissé un bon souvenir aux participants. Ils en sont devenus plus curieux.

C’était une des premières fois que j’animais en milieu scolaire, et en lycée de surcroît. La curiosité des élèves se mêle à l’heure du choix de leur orientation. Alors, quoi de mieux que de re-découvrir la robotique par la pratique et ce de façon ludique ? Au cours de la valse des ateliers, pas un lycéen ne pense à demander une pause, tout le monde est intéressé et l’animation en est plus agréable.

Pluralité des profils. Je suis intervenu dans deux lycées polyvalents, dans des classes de cursus général, mais aussi dans promotions suivant des voies plus spécialisées. Le premier public est plus dans la découverte et la démystification alors que le second a déjà fait un pas dans le choix de son avenir. Ces lycéens de voies technologiques ou professionnelles sont les plus intéressés, car nombre d’entre eux rêve déjà de faire de la robotique. Dans tous les cas, ils souhaitent en savoir plus. La Tournée des Robots les aide dans leur choix, et en confirme certains.

Pluralité des ateliers. Formé à animer toute la banque de pédagogie de Planète Sciences Occitanie pour la Tournée des robots, ma principale crainte était le contact public. Je suis intervenu dans deux lycées se situant dans des petites capitales de campagne, distantes des grandes villes. La robotique n’avait pas l’air de s’y trouver en force, et pouvait paraître géographiquement inaccessible comme projet de vie. Mais à ma plus grande joie, cela n’a pas fait peur aux élèves. Les différents ateliers leur permettaient de distinguer les différents pans du monde de la robotique : de l’électricité aux  engrenages, en passant par l’application aux satellites, en ouvrant même la voie à l’intelligence artificielle.

Atelier Educ’Sat’ au lycée général et technologique Jean Renouvier à Prades

Epreuve reine de la Tournée des Robots, l’utilisation des Boum Bots, petits robots suiveurs de ligne développés par Planète Sciences. Ces petits bijoux capricieux utilisent un code Arduino via une interface de blocs permettant de ne pas écrire la moindre ligne de code, pour rester au cœur de la programmation. Pourquoi capricieux ? Car ils font exactement ce qu’on leur demande, nous forçant à avoir les idées claires ! Après deux heures de défis, les élèves sont conquis par ces ambassadeurs de la robotique, au point de demander à en refaire lors des Trophées de la Robotique.

Ces deux semaines d’interventions furent pour moi une nouvelle expérience forte, avec un public différent d’habitude, et qui reste motivé à tout moment ! »

Daniel Chrétien pour Planète Sciences Occitanie

Retrouvez les publications de Daniel sur son blog SpaceKiwi portant sur l’actu spatiale et notamment le « spatial exotique » !

Si vous aussi vous souhaitez accueillir la Tournée des Robots dans votre établissement ou avoir plus d’infos, veuillez nous contacter : jennifer.vincent@planete-sciences.org

*Janvier-Février 2021 : Lycée Aristide Berges à Saint Girons (09), Lycée Garros à Auch (30), Lycée Saint Joseph à Villefranche de Rouergue (12), Lycée Jean Dupuy à Tarbes (65), Lycée Jean Renouvier à Prades (66), Lycée Mermoz à Montpellier (34)

​Partenaires de la Tournée des Robots et de l’intelligence artificielle

(SE) FABRIQUER

Labellisé « fablab solidaire » par la Fondation Orange, le F@bRiquet a accueilli un groupe de jeunes de l’Ecole Régionale de la Deuxième Chance en novembre et décembre dernier. Au programme : 40 heures  de découverte, d’initiation, de formation aux machines et de réalisation de projets. Sur le terrain,  un travail sur eux-mêmes tout autant que sur la finalité des projets.

« Mais non, tu n’as pas fait juste une boîte…Ne vous dévalorisez pas ! ». Julien, fabmanager au F@bRiquet, reprend Yanis lors de la traditionnelle séance de valorisation qui clôture toutes nos actions. Le jeune homme tient dans ses mains une lampe de plexiglas, gravée à l’effigie de personnages manga et découpée au sommet pour projeter un motif au plafond : un objet original qu’il a imaginé et fabriqué pendant la semaine. Chacun leur tour, les 5 garçons et les 5 filles volontaires pour suivre le Parcours Maker* nous présentent en cette dernière journée les objets fabriqués tout au long de leurs 8 jours de présence au fablab.

Quelques jours plus tôt, ils avaient franchi la porte du F@bRiquet –et d’un fablab tout court- pour la première fois. C’était en novembre dernier. Leurs projets : devenir webdesigner, travailler dans la maintenance industrielle, se former comme aide-soignante,…Après une première visite des différents espaces du fablab et après avoir échangé sur les possibilités offertes par ce lieu, les jeunes sont restés sans voix à la question de Julien : « Alors, vous avez envie de fabriquer quoi ? ». Ce silence dans un lieu d’habitude aussi effervescent, était-ce l’angoisse de la page blanche, un accès soudain de timidité, ou encore la profondeur de l’endormissement ? 

Et puis…la magie a opéré : deux jours plus tard le groupe apparaît métamorphosé. Tandis que certains poncent à la machine les éléments d’une maquette du Capitole de Toulouse, d’autres s’affairent à préparer la brodeuse numérique en dansant sur les derniers tubes en vogue. Trois imprimantes 3D produisent simultanément des objets sans discontinuer pendant que la découpeuse laser est soumise aux derniers réglages avant quelques tests sur plexiglas. Les PC chauffent pour trouver, dans la jungle internationale de modèles en libre accès, des idées à personnaliser mais aussi pour traiter des images. N’étant pas tous formés aux même machines, les uns apprennent aux autres le fonctionnement d’une machine et réciproquement. Bref, l’effervescence est de retour au fablab !

Deka contrôle le fonctionnement de son coeur lumineux.

C’est ainsi qu’en à peine 8 jours, les apprentissages se sont succédé :  découvrir ce qu’est un fablab, imaginer des projets, vectoriser des images, manipuler et devenir autonome sur les machines à commandes numériques, souder, scier, poncer, fabriquer quelque chose par soi-même, mais aussi être acteur de l’acquisition des savoirs, s’entraider, partager et confronter ses idées, se mettre d’accord sur des projets communs, travailler en groupe: autant d’éléments de satisfaction leur permettant d’ouvrir leurs horizons, d’acquérir des compétences et de reprendre confiance en eux pour la suite de leur parcours.

Au cours d’une période où les déplacements sont limités à 1km autour du domicile, cette expérience de 8 jours pourrait faire office de voyage : se rendre dans un autre lieu, découvrir, explorer…Dans son récit de voyage devenu culte « L’usage du monde », Nicolas Bouvier indiquait : « On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt, c’est le voyage qui vous fait […]. » Il suffit de remplacer le mot voyage par « projet  scientifique et technique » et nous en témoignons : ces jeunes ont appris bien plus qu’à fabriquer « juste une boîte »…

Note : Merci à Anita, Ashanti, Christelle, Deka, Elise, Jonathan, Justin,  Kevin, Théo et Yanis pour leur enthousiasme, leur état d’esprit, leur persévérance. Nous leur souhaitons le meilleur pour la suite de leur parcours!

Elise, Kévin et Théo peaufinent la conception d’un support de casque avec Julien Tixador, fabmanager au F@bRiquet
Yanis en phase d’assemblage de la fameuse boîte…

*parcours maker : un projet solidaire mis en place en partenariat avec le fablab Createch à la MJC Saint-Jean. Un projet soutenu par la Fondation Orange à travers son label “Fablabs Solidaires » : un programme international d’éducation au numérique.

Un article à retrouver sur le site Echosciences Occitanie, le média social des amateurs de sciences et de technologies du territoire, et sur le site du F@bRiquet.

Une aventure pour les jeunes