Un drapeau sinon rien

C’est le drapeau qui fait la différence

Il ne faut pas grand chose pour mettre en valeur un projet amateur spatial: l’exemple du projet ballon de jeunes canadiens habité par un bonhomme Lego patriotique a démontré combien la présence du drapeau est fondamentale.
Et ça n’est pas Camilla, le poulet de l’espace qui dira le contraire!

Mais parfois c’est l’absence de drapeau qui fait l’actualité!

Quand les intérêts nationaux s’emmêlent dans l’espace

Arirang 3 est le 3ème satellite d’observation Coréen. Résultat de 8 ans de travaux, c’est une fierté nationale car entièrement conçu et réalisé en Corée (du Sud). C’est un peu comme SPOT pour les français. Le programme spatial coréen KSLV (Korea Space Launch Vehicle) n’est cependant pas suffisamment avancé pour permettre à cette nation de mettre son propre satellite en orbite. La fiche Wikipédia de KSLV nous renseigne d’ailleurs à ce sujet: la charge utile de KSLV est de 100kg à destination d’un orbite basse; aucun des deux lancements n’a été réussi. Le prochain lanceur, KSLV2 ne devrait pas voler avant 2018.

La Corée fait donc appel aux services de nations étrangères pour la mise en orbite de son bijou de technologie nationale. En l’occurrence c’est le lanceur japonais H-IIA qui a été choisi pour Arirang-3 (et on vous explique ici pourquoi). Le lancement avait lieu le 17 Mai, depuis la base spatiale de Tanegashima au sud du Japon. [Note: c’était le même lancement qui emportait Horyu II dont je parlais récemment dans un autre article.] La veille, la TV coréenne Arirang consacrait son programme en langue anglaise, Arirang Today, à l’événement. Le programme du 16 Mai est en ligne sur YouTube.

Un malencontreux oubli?

Mais comment parler fièrement de ce joyau technologique national tandis qu’il est confié au Japon, concurrent de toujours. La chaine coréenne a fait le choix de minimiser les références au Japon en allant même jusqu’à « oublier » son drapeau sur le lanceur H-IIA!

L'absence du drapeau Japonais sur le lanceur HII-A n'aura pas échappé aux observateurs du soleil levant

Un savant mélange

Cet « oubli » n’est pourtant pas le seul subterfuge utilisé par la production. Afin de mettre encore plus en avant la technologie nationale, le programme présente aussi une séquence 3D de la mise en orbite de satellite par KSLV tandis qu’un expert parle de la précision des photos prises par Arirang 3.
Comme indiqué plus tôt, KSLV n’a pas réussi de mise en orbite, mais le lanceur arbore fièrement le drapeau coréen et on ne peut pas manquer d’y lire aussi « KOREA ».

Quand les images ne collent pas a la parole: Arirang 3 n'a pas été mis en orbite par le lanceur coréen KSLV

Et au fait, Arirang 3?

D’après la base de données cinématographique IMDb, Arirang 3 c’est un film coréen de 1936 écrit par Woon-gyu Na, réalisé par Woon-gyu Na, et dont l’acteur principal est Woon-gyu Na. En fait, mes recherches concernant le satellite n’ont pas donné beaucoup de résultats. Le programme TV parle d’imagerie haute résolution (0.7m), de télécommunications, de prévisions météorologiques…

Arirang 3 c’est en fait le nom d’usage donné au satellite KOMPSAT-3 (Korean Multi-Purpose Satellite 3). Peu de détails sont donnés à son sujet si ce n’est par la Korea Aerospace Research Institue (KARI) qui en a réalisé une bonne partie:
« The mission objectives of the KOMPSAT-3 are to provide continuous satellite earth observation after KOMPSAT-1 and KOMPSAT-2 and to meet the nation’s needs for high-resolution EO (Electro-Optical) images required for GIS (Geographical Information Systems) and other environmental, agricultural and oceanographic monitoring applications »
(la mission KOMPSAT-3 consiste à assurer la continuité des opérations d’observation de la Terre de KOMPSAT-1 et KOMPSAT-2 et de subvenir aux besoins nationaux d’images haute-résolution (électro-optiques) requises pour les systèmes GIS (Systèmes d’Information Géographiques) et d’autres applications d’observation pour l’environnement, l’agriculture et l’océanographie)

Arirang-3 permet à la Corée de se positionner comme le 4ème pays à disposer d’un satellite d’observation sub-métrique (c’est Arirang TV qui le dit) ; technologie électro-optique développée par Astrium.

Arirang-3, Arirang TV…mais que signifie « Arirang »?

Arirgang, en Hangul s’écrit: 아리랑
Arirang (le premier du nom en 1926 ) c’est un film qui protestait contre l’occupation japonaise, mais c’est aussi une chaîne de Télé, une série de satellites, une chanson devenue très populaire après le film (écoutez-la sur Wikipédia) et, les lecteurs coréens pourront confirmer, c’est un peu une fierté nationale. Arirang signifie quelque-chose comme « beau et très cher » au sens romantique, ou plus voluptueusement « bel amour ».

Voici qui donne à imaginer pourquoi la Corée chercherait à protéger son trésor!

– Source de l’information:
Japan Probe « South Korean TV Erases Japanese Flag From H-IIA Rocket »

Ce contenu a été publié dans espace par mulder, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos mulder

Certains permanents de l'association, vers le début des années 2000, se sont amusés à me qualifier de "Poly-bénévole multi-sectoriel inter-délégations" Ça résume tout, non? Je travaille sur un clavier qwerty, si vous voyez des fautes d'accent...blamez mon clavier :p

1 réflexion sur « Un drapeau sinon rien »

  1. Un ami Coréen explique :

    Arirang(아리랑)’ is an old folk song representative Korea nationality with several kinds per province. Namely we can say (or call) Korean nationality is ‘Arirang’ or kind of pronoun.
    So sometimes we use it to symbolize Korea – so I think they can use it for KOMPSAT-3.

    That is my understood. Especially, it’s impossible to say one word easily, that’s why the meaning are variety and deep. I think you’d better to understand same as a ‘Chanson’ or La Mareillaise – ^_^

Laisser un commentaire