La M.O d’Est est modeste

Equipe MO d'EstTu as 10 secondes pour nous dire qui tu es, d’où tu viens, quelle est ton équipe et depuis quand elle participe à la Coupe: Top !

Moi c’est Mickaël Marchand alias DeTapis, ça va avec le nom de famille ! Je suis un ancien de RebuT et afin de faire des robots qui certes marqueront peut-être moins de points mais qui seront plus rigolos, enfin quoiqu’ils sont quand même rigolos ceux là (intervention d’un membre de RebuT : ouais et puis les nôtres ne marquent pas de points….), j’ai monté une équipe qui s’appelle la M.O D’Est car je viens de Mulhouse et c’est dans l’Est et M.O pour Machines Overkill et modeste à l’arrivée.

On est quatre dans l’équipe, une personne qui est plus ou moins chargée de l’organisation, deux mécaniciens et moi qui suis plus électronique. Et c’est notre première participation à la coupe.

Le thème de la préhistoire, ça vous a inspiré quoi à toi et ton équipe pour concevoir le robot ?

Un peu le néant technologique, donc on va essayer de réinventer les choses comme si rien n’existait.

On s’est posé la question : mais les roues ça n’existaient pas ? Qu’est-ce qu’on peut faire ? Du coup on a fait des petits pieds au robot. Et comme on a des moteurs pas-à-pas et bien le robot avance pas-à-pas.

Dans votre robot, qu’est-ce qui fonctionne le mieux ?

La mécanique.

Et qu’est-ce qui fonctionne le moins bien ?

Ce qui n’est pas mécanique.

Vous avez combien de processeurs dans le robot et combien de programmeurs dans l’équipe ?

Pour moi le robot est décomposé en plusieurs parties : il y a le squelette, la partie toute en bois. Il y a tout ce qui est muscle : on a des servomoteurs, c’est les muscles pour les bras et en bas on a des moteurs pas à pas, c’est pour les jambes qui avancent pas à pas. Et donc à l’arrière, bon c’est un peu original normalement c’est dans la tête mais nous on l’a mis à l’arrière, on a le cerveau. Et donc le cerveau, il est composé d’une carte toute faite parce que j’ai pas le temps et c’est tellement plus facile, qui est une « beaglebone » qui est l’équivalent d’un pc, mais en plus petiot et qui a l’avantage de sortir tout ce qu’il faut pour piloter des moteurs et des servomoteurs. Et donc, dans l’espoir que ca marche on le verra peut être rouler. Et ce doit être un des seuls robots qu’on verra marcher !

Combien de filles dans l’équipe et combien de fils dans le robot ?

Une fille.

Oh.. trop…

C’est quoi la plus grosse boulette que vous avez faite durant la préparation du robot ?

La mécanique. Parce que c’est moi qui était en électronique qui a commencé la mécanique et forcément c’est pas compatible…

La stratégie gagnante cette année, c’est quoi d’après vous ?

Pourvu que ca marche !

Vous avez un cri de guerre ?

Pas encore mais bientôt…

La Coffee machine

Coffe machineTu as 10 secondes pour nous dire qui tu es, d’où tu viens, quelle est ton équipe et depuis quand elle participe à la Coupe: Top !

Je viens de Paris, je suis Thomas Galois (ou Kid). Je fais partie de l’équipe « Coffee machine » qui participe depuis 5 ans à peu près. Mais on est une équipe d’anciens d’Evolutek qui participe depuis très longtemps (et qui organise le barbecue lors de la Coupe de France de Robotique).

Le thème de la préhistoire, ça vous a inspiré quoi à toi et ton équipe pour concevoir le robot ?

Pas grand-chose ! Vu notre robot pas grand-chose : c’est une machine à café donc ce n’est pas tellement d’époque !!!

Dans votre robot, qu’est-ce qui fonctionne le mieux et qu’est-ce qui fonctionne le moins bien ?

Ce qui fonctionne le mieux, je dirais les fresques. Les fresques ça fonctionne très bien. Et ce qui fonctionne le moins bien je dirais les balles parce que l’on n’arrive pas à toutes les mettre à chaque fois. Ou alors non, c’est la balise. Ouais, la balise elle ne marche pas !

Vous avez combien de processeurs dans le robot et combien de programmeurs dans l’équipe ?

Il y a en gros deux « pross » car il y a un processeur plus un FPGA qui a un processeur dedans. Et puis deux programmeurs dans l’équipe… deux, deux et demi… deux et demi on va dire pour une équipe de six.

Combien de filles dans l’équipe et combien de fils dans le robot ?

Dans notre équipe, filles : aucune. Et les fils, alors… 1, 2, 3 attends je vais compter… bon allez une dizaine de câbles. Bon en fait il y a une fille (mais elle est bénévole, mais ça fait monter les stats). Pour les fils : trois pour chaque sharp fois trois neuf, deux pour la tirette, onze, ensuite six pour les servo (deux fois trois) où c’est bizarre c’est les trucs en Y… comment ça compte ? on dit que ça fait six, donc attend, ça fait dix-sept. Les codeurs, il y en a cinq par codeurs ça fait plus dix donc vingt-sept. Plus les moteurs, tu en as quatre (deux par moteur), ça fait 31. Et après il y a l’alim. Alors l’alim c’est le bordel : il y a quatre fils pour aller aux cartes et grosso modo deux fils qui vont à la batterie et après des petits trucs de merde mais on ne les compte pas. On arrive donc à 37 fils.

C’est quoi la plus grosse boulette que vous avez faite durant la préparation du robot ?

Cramer le back light de l’écran ?! ouais ! En fait pas que le rétroéclairage, tout l’écran… plutôt toute la petite carte qui gère l’écran. Ça a fumé !

La stratégie gagnante cette année, c’est quoi d’après vous ?

C’est la stratégie T1. Ouais ouais c’est la T1 !

Et c’est quoi la stratégie T1 ?

Oh bah elle va poser les fresques et après elle va lancer les lances et après elle va pousser quelques feux par çi par là quand elle fait le tour de la table. Et après elle attend quarante-cinq secondes que le match se termine pour tirer le filet ! Pas de fruitmouth.

Vous avez un cri de guerre ?

Non.