Actus

En savoir plus...
Découvrez le dernier numéro du Sciencilien !

 

Dans le cadre des "Cités Éducatives" et du "Bus de la Réussite Éducative", notre animatrice Marion Benoist est intervenue au sein du collège Elsa Triolet du Mée-sur-Seine (77) le mardi 10 novembre afin d'y réaliser une activité robotique. Les 12 jeunes inscrits à cet atelier périscolaire le temps du midi ont tous été enchantés par la construction d'un robot Mbot. Un robot qu'ils devront apprendre à programmer à l'occasion des mardis suivants jusqu'aux vacances de Noël.

 

Puis pour promouvoir ce projet des "Cités Éducatives", le journal "Le Parisien" est venu nous rendre visite pour y rédiger un article que vous pouvez retrouver ci-dessous ou en suivant ce lien.

 

Piloté par la communauté d’agglomération, ce bus de la réussite éducative trace sa route à partir de cette semaine. Reportage au collège Elsa-Triolet au Mée-sur-Seine, ce mardi, pour un premier atelier de robotique.

 Le Mée-sur-Seine, ce mardi. Marion Benoist, animatrice pour Planète sciences, accompagne les collégiens dans le montage du robot.
Le Mée-sur-Seine, ce mardi. Marion Benoist, animatrice pour Planète sciences, accompagne les collégiens dans le montage du robot. LP/Julie Olagnol.
 
Le 11 novembre 2020 à 15h17

Cette semaine marque les premiers kilomètres du bus de la réussite éducative, piloté par la communauté d'agglomération Melun Val de Seine (CAMVS). Il sillonnera les trois collèges, les huit écoles élémentaires et les dix écoles maternelles de la Cité éducative du plateau de Corbeil - Plein Ciel.

Ce label a été décerné par l'Etat à un ensemble d'établissements scolaires sur ce territoire en politique de la ville, à cheval sur Melun et le Mée-sur-Seine, où le taux d'emploi des 15-64 ans est de seulement 48,6 % et la part des ménages imposés plafonne à 29,4 %. Le 12 octobre dernier, Nadia Hai, ministre déléguée chargée de la Ville, était venue faire le point sur le dispositif.

En raison de la crise sanitaire, l'objectif du bus consiste pour le moment à proposer des ateliers robotiques à l'intérieur des collèges, pour des groupes de douze élèves volontaires. « Dès le déconfinement, on pourra intervenir sur l'espace public et aller à la rencontre des familles avec le bus », s'impatiente Céline Berkani, agent de développement social du bus.

Volontariat des élèves

Ce mardi, cette dernière, à la fois conductrice et coordinatrice des animations, s'est rendue au collège Elsa-Triolet du Mée-sur-Seine, classé en Réseau d'éducation prioritaire, sur la pause méridienne. Elle rejoignait une animatrice de Planète sciences, association de médiation scientifique de Limoges-Fourches, et un professeur de technologie du collège pour lancer le challenge de robotique.

 

Lors de sa visite, en octobre 2020, Nadia Hai, ministre déléguée chargée de la Ville, avait découvert le bus de la réussite éducative de la Cité éducative Plateau de Corbeil - Plein Ciel. LP/Julie Olagnol.
Lors de sa visite, en octobre 2020, Nadia Hai, ministre déléguée chargée de la Ville, avait découvert le bus de la réussite éducative de la Cité éducative Plateau de Corbeil - Plein Ciel. LP/Julie Olagnol.  

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les élèves se sont montrés très réceptifs. « Je fais déjà de la programmation chez moi tout seul, explique Sofiane, 14 ans, en troisième. Mon professeur de technologie m'a conseillé de participer à cet atelier car je veux devenir programmeur ». Il apprécie la cohésion de groupe. « Plus tard, je travaillerai sûrement en équipe », anticipe-t-il.

« Je leur ai expliqué que c'était un plus pour eux de venir, car les élèves de troisième vont passer le brevet cette année. Cela fait aussi partie de leur programme, souligne Abderrahmane Hassaïne, le professeur de technologie, satisfait de voir ses élèves en dehors du cadre habituel. Malheureusement, tous les collégiens n'adhèrent pas à ce type de projet mais ceux qui sont présents sont ravis ».

Tournée des collèges

Les robots en kits, eux, prennent forme à toute vitesse sous les coups de vis. C'est à peine si les jeunes ont besoin de regarder la notice fournie avec les pièces. Elisabeth, l'une des deux filles du groupe, se dit passionnée par les robots depuis toute petite. « J'aime beaucoup les robots, j'ai eu un cyber robot à un Noël. Cet atelier m'a rappelé mon enfance et je me suis beaucoup amusée », s'enthousiasme-t-elle.

 

Le Mée-sur-Seine, ce mardi. Abderrahmane Hassaïne, professeur de techno, et Céline Berkani, agent de développement social du bus, accompagnent les collégiens dans le montage du robot. LP/Julie Olagnol
Le Mée-sur-Seine, ce mardi. Abderrahmane Hassaïne, professeur de techno, et Céline Berkani, agent de développement social du bus, accompagnent les collégiens dans le montage du robot. LP/Julie Olagnol  

Après la phase de montage, les élèves pourront customiser la « carrosserie » des robots puis les programmer, à l'aide d'un logiciel gratuit réutilisable à la maison. « C'est du codage ludique, ils vont pouvoir inscrire des messages de leur choix sur les écrans des robots. Ensuite on insère ces codes dans le robot en le connectant, comme on met des fichiers sur une clé USB », image Marion Benoist, animatrice pour Planète sciences.