accueil espace > Ressources > Archives > L’espace au fil du fleuve 2008

L’espace au fil du fleuve 2008

Télémédecine, fusées à eau, microfusées, construction de satellites,
expositions, c’est ce que vont découvrir les élèves des écoles maternelles, élémentaires
et des collèges qui habitent le long du fleuve Maroni (Guyane française) grâce à la « pirogue
des sciences », du 13 au 30 mai 2008.

Les villes et villages suivants verront passer la pyrogue durant le mois de mai :
Loka, Papaïchton, Wacapou, Maripasoula, Elaé, Cayodé, Twenké et Antécume Fata.

L’équipe d’animation

Composée de 4 animateurs, il a été choisi de réunir pour le projet 2 résidants de Guyane et 2 « métro ». Les premiers apportent leur connaissance des populations du fleuve et les seconds, leurs savoir-faire dans l’animation scientifique et technique.

De gauche à droite : Claude (appelé papa Baumann), Michaël Guedj, Anabel Hurel (coordinatrice Planète Sciences repartie le dimanche 11 mai), Laurent Costy et Eveline Peregny.

Journal de bord


Retrouvez ici toutes les nouvelles de la pirogue des Sciences ainsi qu’une vidéo avec des images de l’opération Espace au Fil du Fleuve.

Reportage Espace au fil du fleuve 2008

Dimanche 11 mai 2008

Ce samedi et dimanche, les 4 animateurs se sont retrouvés au collège de Maripasoula pour passer en revue l’ensemble des animations et les dérouler une dernière fois avant de commencer, mardi 13 mai, à les mettre en œuvre à Papaïchton. Mise en cohérence des objectifs des ateliers avec le niveau prévu des classes qui seront rencontrées, était l’objectif premier de ces deux jours de préparation.

Il était nécessaire aussi que l’équipe (2 animateurs Planète Sciences et 2 directeurs d’école primaire habitant la Guyane) fasse connaissance et échange pour mieux adapter encore les objectifs au public.

Un quart du temps a été consacré à l’inventaire du matériel représentant environ 8 m3. Certaines malles ont transité avec les animateurs, en soute, et ont donné quelques sueurs froides quant à l’excédent de bagages possible à embarquer : dépassement de 60 kg pour normalement 30 autorisés pour le transfert Cayenne-Maripasoula.

Lundi 12 mai 2008

Cette journée a été consacrée au transfert de Maripasoula à Papaïchton. Sélectionner le matériel utile aux quatre jours d’animations dans les écoles primaires et le collège de Papaïchton a été un exercice très « spatial » du fait de la nécessaire recherche de la masse et du volume minimal à embarquer dans la pirogue...

Une heure de pirogue a été nécessaire pour atteindre Papaïchton, en aval de Maripasoula. Un problème lié au moteur de la pirogue du Conseil Général a tout de même nécessité une interversion avec le « propulseur » d’une autre Pirogue.

Mardi 13 mai 2008

Première journée d’animations avec les enfants : Quizz de l’espace, GPS, fusée à eau et construis ton satellite étaient au programme de cette longue matinée à l’école primaire de Papaïchton.

Les temps d’animation paraissent très courts car ils sont souvent amputés par des temps de transport de matériel et des légers soucis dans la gestion logistique. La pluie, particulièrement présente en cette saison qui porte son nom et particulièrement humide aussi ne facilite pas les transferts d’un lieu à un autre.

Les élèves sont très très vivants et ont évidemment apprécié les vols de fusées à eau pour lesquels toute l’école était présente.

Mercredi 14 mai 2008

Petite surprise du planning : l’ « EP Cormontibo » ne signifie pas École Primaire Cormontibo comme nous l’avions pensé mais plutôt école maternelle ! Qu’à cela ne tienne, les élèves des grandes sections ont pu fabriquer un satellite et s’entraîner à devenir astronaute.

Lors du deuxième créneau de la matinée, retour à l’école primaire pour construire des fusées à eau et travailler autour de photos satellites de la Guyane montrant des sites d’orpaillage, les évolutions de la déforestation et de la sédimentation côtière.

Jeudi 15 mai

La grève nationale a été très suivie et seuls, trois enseignants étaient présents au collège de Papaïchton (encore pour partie, en construction et dans le respect de norme de développement durable strictes).

Il a été nécessaire de modifier quelque peu le programme initial mais cela n’a pas empêché une soixantaine d’élèves de troisième de construire et de lancer des microfusées. Quelques soucis techniques ont ralenti un peu la cadence des lancements qui se sont terminés vert 13h00 (pour une fin de matinée à 12h00 normalement au collège).

Enfin, une soixantaine d’autres élèves ont découvert l’exposition CNES produite par le CSG et ont répondu ensuite au Quizz de l’espace...

Vendredi 16 mai

Coup de pirogue tôt ce matin pour se rendre à l’école primaire de Loka pour y animer des ateliers autour de la fusée à eau, des satellites et de l’observation de la Terre.

Heureusement, le transport scolaire (des pirogues, bien évidemment) avait repris la veille : une grève des piroguiers avait empêché, en début de semaine, les enfants français habitants de l’autre côté du fleuve, au Surinam, de se rendre à l’école. L’école était donc bien ouverte et les élèves tous présents ; ils étaient de surcroît, très heureux d’assister aux décollages des fusées à eau réalisées par des CM1-CM2...

Samedi 17 mai

Situé entre Papaïchton et Maripasoula, l’objectif de la matinée était de se rendre dans l’école primaire de New Wacapou.

Nous avions quelques incertitudes au départ sur la fait de trouver des élèves présents puisqu’ils n’ont habituellement pas classe le samedi, mais un inspecteur de l’éducation nationale était passé dans les jours précédents notre venue et avait annoncé notre arrivée pour 8h00.

Nous étions donc bien attendus et avons pu, pour les 25 élèves présents, construire et tenter de comprendre le vol des fusées à eau.

Lundi 19 mai

Les élèves des grandes sections de la maternelle des petits Maripas ont chanté en cœur, sur l’air de « Dans mon pays d’Espagne », la chanson à geste de la fusée Ariane...

Dans la fusée Ariane (refrain)

Y’a des booster comme ça, y’a des boosters comme ça (bras vers le bas)

Et un moteur vulcain, et un moteur vulcain (on pédale avec les mains)

un réservoir comme ça, un réservoir comme ça (on écarte les bras vers le ciel pour montrer que c’est gros)

un satellite comme ça, un satellite comme ça (on écarte les bras à l’horizontal pour faire les panneaux solaires)

et une coiffe comme ça, et une coiffe comme ça (on met les bras en pointe au dessus de la tête)

y’a pas de spationaute, y’a pas de spationaute (on fait non avec le doigt)

ATTENTION (on s’accroupit)

10 9 8 7 6 5 4 3 2 1...0 bbrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr (à 0, on saute en l’air)

Mardi 20 mai

Les ateliers ont commencé au collège du Grand Man Difou de Maripasoula. Des fusées à eau se sont élevées majestueusement dans le ciel tantôt bleu et tantôt déversant sur nous des pluies diluviennes. Les microfusées, quant à elles, sont restées au sol puisqu’elles attendent la visite des « officiels » pour prendre leur envol.

D’autres élèves se sont penchés sur les observations satellites de la Guyane et les problèmes ainsi observés d’orpaillage, de sédimentation des côtes et de déforestation et ont travaillé autour des satellites.

Enfin, une classe de 5ème a conçu 4 « limaces de Mars » (véhicules propulsés à l’énergie solaire) : bizarrement, l’animateur a constaté que, comparativement à la métropole où les véhicules étaient de vraies limaces, les conceptions des jeunes élèves ici, se révélaient être de vrais bolides grâce au soleil Guyanais !

Mercredi 21 mai

Cette journée marquait le milieu de l’opération !

Quelques fusées à eau précédemment construites et dont le vol avait été reporté suite à « un arrêt chrono cause météo » ont ainsi pu être lancées. Une autre classe du collège s’est penchée sur les observations satellitaires de la Guyane.

4 maquettes de satellites ont été réalisées avec de vraies cellules solaires et un buzzer par des élèves de cinquième : ces maquettes permettront de mettre en évidence de manière sonore, avec des élèves plus jeunes, les alternances jour/nuit que subissent les satellites autour de la terre.

Enfin, une classe de 5ème a « planché » sur le système solaire et les élèves ont pu appréhender, lors de la conception d’une maquette à l’échelle, les distances et la taille des astres qui gravitent autour de notre soleil.

Jeudi 22 mai

Il semblerait que nous soyons abonnés en Guyane aux jeudis de grève...Comme le jeudi précédent, l’incertitude était grande de trouver, le matin à l’école élémentaire du Bourg et l’après-midi au collège, des enseignants et des élèves pour participer aux ateliers.

Finalement, avec les trois enseignants et les trois classes de l’école primaire présentes, nous avons pu construire fusées à eau et microfusées. A noter que nous sommes contraints de déplorer le décès d’une rampe de fusée à eau qui, ne supportant plus l’eau que nous lui déversions régulièrement ni la pluie, s’est fendue irrémédiablement...

L’après-midi, l’absence des enseignants du collège ne nous a pas empêché d’animer les ateliers prévus et même d’expérimenter le thème de l’aéronautique (avec construction de planeurs) avec une classe de 6ème.

Vendredi 23 mai

Dernières animations à Maripasoula à l’école primaire Jonas !

Deux classes ont pu s’initier à la réalisation de satellites pendant que deux autres classes s’entraînaient à devenir astronaute. Une classe de CM1-CM2 a été plongée dans l’univers de la Station Spatiale Internationale et ont pu appréhender les difficultés que rencontrent au quotidien les spationautes pour vivre là-haut et sortir dans l’espace. Enfin, les élèves d’une classe de CM2 ont réalisé des
fusées à eau qui ont pu être lancées devant l’ensemble des 250 élèves.

Lundi 26 mai 2008

Après avoir passé la nuit en hamac dans l’école d’Elahé, l’équipe d’animation s’est rendue le matin même à 3/4 d’heure de pirogue, à Cayodé, village amérindien...

Les 22 élèves de l’école primaire ont ainsi pu construire et expérimenter des fusées à eau et visiter virtuellement la station spatiale internationale...
Très débrouillards, les élèves prennent très vite les choses en main lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre les fusées. Ils sont aussi très appliqués dans la réalisation des fusées.

A noter quand même le mécontentement d’un "oko" qui ne supportait pas que nous utilisions sont terrain pour lancer nos fusées (voir photo).

Mardi 27 mai

Les 37 élèves de l’école d’Elahé étaient présents ce matin à 7h30 pour l’ouverture de l’école comme chaque matin et ils savaient qu’ils allaient, aujourd’hui, parler d’espace !

Deux groupes ont été constitués : les plus petits (allant de la petite section maternelle au CP) ont réalisé des fusées à eau tandis que les plus grands fabriquaient des microfusées. Même lorsque l’on est en maternelle et qu’il faut lever les bras très haut pour pouvoir pomper, on y met beaucoup d’ardeur pour voir sa fusée aller très haut dans le ciel...

Des représentants du CNES et de l’éducation nationale sont arrivés pour assister aux lancements sous un beau ciel bleu. Succès total pour tous ces projets réalisés avec beaucoup d’attention par les élèves.

Mercredi 28 mai

Partie d’Elahé le matin même, la pirogue avait pour destination Twenké-Taluwen.

Les enfants de l’école primaire ont pu construire des satellites et comprendre leur fonctionnement ainsi que les différents éléments qui les composent. Les plus grands ont construit fusées à eau et microfusées et les ont lancé devant les enfants de la maternelle, qui ont pris la pirogue à cette occasion pour traverser le fleuve de Twenké à Taluwen.

Les enfants, indiens Wayanas pour la plupart, étaient tous en costume traditionnel (le Kalimbé) comme chaque jour lorsqu’ils se rendent à l’école.

Après les ateliers, la pirogue est repartie pour arriver à Antecum en milieu d’après-midi.

Position : 03°22’55.8’’ nord
54°03’06.2’’ ouest

Jeudi 29 mai

Le tradition n’a pas été démentie : jeudi, c’est grève !

Donc, deux groupes ont été constitués : 32 élèves de tous niveaux à partir de la grande section maternelle jusqu’au CM2 ont réalisé des fusées à eau tandis que les 12 élèves de la classe de collège ont construit des microfusées. Des théodolites ont aussi été assemblés pour tenter d’évaluer l’altitude des fusées lancées...
A noter que le lancement des microfusées a été quelque peu retardé par le chavirage d’une pirogue (heureusement sans perte humaine) dans les sauts d’Antecum : l’ensemble des villageois se sont rendus sur le rivage pour assister au secours des naufragés, par plusieurs équipages partis à leur secours.

Position : 03°17’49.8’’ nord, 54°04’16.0’’ ouest

Vendredi 30 mai

Pour le dernier jour de l’édition 2008 de l’espace au fil du fleuve, la pirogue s’est arrêtée à Pilima !

Les élèves de la classe du collège et les CM1/CM2 (12 élèves au total) ont réalisé des microfusées. Les 8 élèves de maternelle et CP ont assemblé des fusées à eau : lancements réussis !

L’équipe d’animation espérait conclure cette opération en organisant un décollage d’Ariane 5 à partir de Kourou mais, fatigués ils ont sagement décidé, d’un commun accord, de reporter le lancement à une date ultérieure....

Bon vol à tous les enfants et les enseignants qui ont croisé la pirogue et à Ariane 5 aussi bien sûr !

Position : 03°17’12.2’’ nord, 54°06’34.4’’ ouest

Dessins d’enfants...

Voici les fiches de vol des enfants de l’école primaire d’Elahé : c’est plein de couleurs et on y retrouve de nombreux éléments caractérisant le vol d’une microfusée...



 
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Contact | mentions legales