accueil
Comment sont construites nos villes ?
accueil "Comment sont construites nos villes?"

La Haute Qualité Environnementale dans le bâtiment
Introduction à la Haute Qualité Environnementale
(HQE)

Le contexte de la démarche HQE

L'importance du concept de développement durable a été précisée et officialisée à l'occasion de plusieurs grandes conférences de internationales. Tout d'abord avec le rapport du Club de Rome. Parallèlement, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (UNEP/PNUE) est adopté lors du Sommet de l'Environnement à Stockholm.

 

En 1985, le PNUE, sous l'égide des Nations unies, publie le Rapport Brundtland qui met l'accent sur le renforcement de la capacité d'action de l'ONU dans le domaine de l'environnement.

En 1992, au Sommet de la Terre de Rio, le Plan d'Action appelé Agenda 21 est adopté. Le développement durable s'appuie alors sur des approches écologique, économique et social. En juin 1996, les Nations unies organisent à Istanbul une grande conférence sur les Etablissements Humains, (Habitat).

Les initiatives européennes des villes durables se sont manifestées lors de la Conférence Européenne des villes durables d'Aarlborg en 1994. Les efforts furent poursuivis dans ce sens lors de la dernière conférence de Lisbonne d'octobre 1996. Cette charte vise les municipalités et collectivités locales.

 

La conférence de Kyoto de 1997 a abouti à la signature d'un Protocole sur le climat. Ce protocole complète la Convention sur le climat adoptée en marge du Sommet de la Terre de Rio en 1992, en fixant des mesures contraignantes pour réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO2). L'Union Européenne s'est engagée à une réduction de 8 % de ses émissions de gaz à effet de serre pour la période d'engagement 2008-2012 et chacun de ses membres se voit attribuer un quota. La répartition de la charge au sein de l'Union Européenne a été établie lors du Conseil des Ministres de l'Environnement de l'Union Européenne le 17 juin 1998.

 

La France devra pour sa part retrouver au cours de cette période d'engagement le niveau de ses émissions de 1990. Les spécialistes savent désormais que l'émission de gaz à effet de serre a pour origine, dans une proportion significative, la production de chaleur dans les bâtiments. Il apparaît clairement que, les domaines de l'architecture et de l'urbanisme offrent des possibilités importantes de réduction des émissions de CO2. Ces domaines représentent des cibles privilégiées dans une perspective de réduction de l'impact humain sur l'environnement.

 

Dans notre pays, le " Livre vert de l'écologie urbaine dans la construction et l'habitat ", remis au Ministre de l'Equipement en 1993, avait mis en évidence les incidences de la politique de l'habitat sur l'écologie. Il avait reconnu la nécessité d'agir à deux niveaux : une approche stratégique et des politiques sectorielles. Cet ouvrage motiva par la suite une prise de conscience environnementale plus perceptible. Le Gouvernement eu alors en sa possession une base de réflexion impliquant de nombreux enjeux.

Dans la pratique, il est maintenant possible de constater que la démarche HQE est intégré dans les agendas 21 locaux. Citons pour exemple la Ville de Grande-Synthe.

 

Les enjeux de la démarche HQE

 

Réduction de la consommation énergétique

L'économie mondiale consacre jusqu'à un dixième de son énergie et jusqu'à la moitié de ses ressources matérielles à construire et à faire fonctionner des maisons et des bureaux. Les réductions de la consommation énergétique passe dès lors obligatoirement par une action substantielle dans le secteur du bâtiment.

 

Amélioration de la santé

Nombre d'édifices ne répondent pas aux normes et mettent en péril la santé de leurs occupants. Or, une partie importante de nos contemporains passe jusqu'à 80 % de son temps à l'intérieur de locaux : travail, habitation, transports. Cette raison suffit déjà en elle-même à promouvoir une réalisation plus réfléchie du cadre bâti.

 

La Haute Qualité Environnementale

LA HQE est la dénomination française de l'architecture écologique, promus par les membres de l'Association HQE. Cette démarche complexe vise à inscrire les projets d'aménagement, de réhabilitation et de construction, quelle que soit leur taille, dans une perspective de développement durable. La Haute Qualité Environnementale dans le domaine du cadre bâti ne fait actuellement l'objet d'aucun label.

La Haute Qualité Environnementale relève principalement de la responsabilité des maîtres d'ouvrage ou clients. Ils sont les seuls à pouvoir définir les objectifs et à en dégager les moyens.

 

Le groupe de réflexion accompagnant l'Association HQE définit la " Haute Qualité Environnementale comme étant la capacité d'un bâtiment à préserver les ressources naturelles et à répondre aux exigences de confort, de qualité de vie et de santé. Le bâtiment doit satisfaire ces critères lors de sa mise en œuvre et au cours de sa vie jusqu'à sa déconstruction ". Ainsi, un bâtiment est dit à Haute Qualité Environnementale (HQE) lorsqu'un certain nombre d'options auront été prises sur au moins les cinq points suivants :

·        économie des ressources

·        réduction de la pollution de l'air, de l'eau et du sol

·        réduction de la production de déchets ultimes

·        relations satisfaisantes du bâtiment avec l'environnement immédiat

·        qualité des ambiances intérieures du point de vue du confort et de la santé

Les moyens pour atteindre ces résultats passent inéluctablement par une préparation accrues à chaque phase du projet et en particulier en amont, lors de la programmation puis des études.

 

Les objectifs

 

La démarche HQE vise plusieurs buts, qu'il est possible de résumer ainsi :

·        Amélioration de la qualité de vie des usagers

o      confort thermique

o      qualité de l'air

o      éclairage

o      bruit

·        Limitation des nuisances locales / Réduction des impacts

 

Une approche globale et exigente

 

La HQE concerne la globalité du bâtiment et toutes les phases de son cycle de vie.

Il faut donc prendre en considération plusieurs éléments :

·        les impacts environnementaux de la production et la fabrication des matériaux (matière première, consommation d'énergie, procédés de fabrication…)

·        la pollution émise lors du transport des matériaux. La distance entre le lieu de production, de transformation et le lieu de construction peut atteindre plusieurs milliers de kilomètres

·        les impacts du chantier de construction (poussières, déchets, bruit…)

·        l'intégration dans le paysage

·        les conséquences d'une démolition ou d'une déconstruction de l'ouvrage en fin de vie (recyclage, réutilisation des matériaux)

·        la remise en état du sol après la suppression de l'édifice

 

Les acteurs

 

Depuis le premier choc pétrolier en 1975 dans le domaine de l'urbanisme et de la construction, de nombreuses actions ont été menées par le Ministère de l'Equipement, le Plan Urbanisme et Construction (PCA) et l'ADEME pour sensibiliser les acteurs à l'impact du domaine du bâti sur l'environnement.

Le Plan Construction et Architecture du Ministère de l'Equipement et du Logement intégra ensuite des notions de HQE. Le Programme " Ecologie et Habitat " témoigne de cette volonté de construire intelligent.

Ainsi, la démarche HQE s'est imposée comme une solution possible à une architecture conventionnelle. Elle se veut pluridisciplinaire et transversale, et ses modalités d'application se décident en amont des projets. Afin de mettre en œuvre ce concept nouveau, l'Association HQE de Paris est initiatrice d'une plate-forme d'échanges et de concertation entre les professionnels de tous secteurs depuis un peu moins de dix ans.

En outre, d'autres projets se profilent à l'horizon mais il est nécessaire d'attendre leur formalisation, prévue dans les mois à venir.

 

 

L'Association HQE basée à Paris, a défini deux domaines d'exigences de Qualité Environnementale comportant chacun deux sous-domaines :

·        Les cibles de maîtrise des impacts sur l'environnement extérieur

o      Eco-construction

o      Eco-gestion

 

·        Les cibles de création d'un environnement intérieur satisfaisant

o      Cibles de confort

o      Cibles de santé

 

Une liste précise de 14 cibles a été établie. Ces cibles s'appliquent à tous les types de bâtiments, neufs ou existants, des secteurs résidentiel, tertiaire ou industriel. Ces cibles sont tirées du document suivant : " Définition des cibles de la Haute Qualité Environnementale des bâtiments ". Association HQE. (1997).

 

Eco-construction

CIBLE 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement immédiat

·        Utilisation des opportunités offertes par le voisinage et le site

·       Gestion des avantages et désavantages de la parcelle

·        Organisation de la parcelle pour créer un cadre de vie agréable

·        Réduction des risques de nuisances entre le bâtiment, son voisinage et son site

CIBLE 2. Choix intégré des procédés et produits de construction

·        Adaptabilité et durabilité des bâtiments selon l'état du bâtiment et son évolution d'usage

·        Choix des procédés de construction (manière dont on réalise la structure du bâtiment etc.)

·        Choix des produits de construction (matériaux et composants)

CIBLE 3. Chantier à faible nuisance

·        Gestion différenciée des déchets de chantier

·        Réduction du bruit de chantier

·        Réduction des pollutions de la parcelle et du voisinage

 

Eco-gestion

CIBLE 4. Gestion de l'énergie

·        Renforcement de la réduction de la demande et des besoins énergétiques

·        Renforcement du recours aux énergies environnementalement satisfaisantes

·        Renforcement de l'efficacité des équipements énergétiques

·        Utilisation de générateurs propres en cas de recours à des générateurs à combustion

CIBLE 5. Gestion de l'eau

·        Gestion de l'eau potable

·        Recours à des eaux non potables

·        Assurance de l'assainissement des eaux usées

·        Aide à la gestion des eaux pluviales

CIBLE 6. Gestion des déchets d'activités

·        Conception de dépôts de déchets d'activités adaptée aux modes de collecte actuels / futur

·        Gestion différenciée des déchets d'activités adaptée au mode de collecte actuel

·        Cette question fait appel au comportement des usagers, ou, dans le tertiaire, à celui des agents d'entretien.

CIBLE 7. Entretien et maintenance

·        Optimisation des besoins de maintenance

·        Mise en place de procédés efficaces de gestion technique et de maintenance

·        Maîtrise des effets environnementaux des procédés de maintenance

 

Confort

CIBLE 8. Confort hygrothermique

 

·        Permanence du confort hygrothermique (été-hiver)

·        Homogénéité des ambiances hygrométriques

·        Zonage hygrométrique

CIBLE 9. Confort acoustique

·        Correction acoustique

·        Isolation acoustique

·        Affaiblissement des bruits d'impact et d'équipements

·        Zonage acoustique

CIBLE 10. Confort visuel

·        Relation visuelle satisfaisante avec l'extérieur

·        Éclairage naturel optimal en termes de confort et de dépense énergétique

·        Éclairage artificiel satisfaisant en appoint de l'éclairage naturel

CIBLE 11. Confort olfactif

·        Réduction des sources d'odeurs désagréables

·        Ventilation permettant l'évacuation des odeurs désagréables

 

Santé

CIBLE 12. Conditions sanitaires

·        Création de caractéristiques non aériennes des ambiances intérieures satisfaisantes

·        Création des conditions d'hygiène

·        Facilitation du nettoyage et de l'évacuation des déchets d'activités

·        Facilitation des soins de santé

·        Création de commodités pour les personnes à capacités physiques réduites

CIBLE 13. Qualité de l'air

·        Gestion des risques de pollution par les produits de construction

·        Gestion des risques de pollution par les équipements

·        Gestion des risques de pollution par l'entretien ou l'amélioration

·        Gestion des risques de pollution par le radon

·        Gestion des risques d'air neuf pollué

·        Ventilation pour la qualité de l'air

CIBLE 14. Qualité de l'eau

·        Protection du réseau de distribution collective de l'eau potable

·        Maintien de la qualité de l'eau potable dans les bâtiments

·        Amélioration éventuelle de la qualité de l'eau potable

·        Traitement éventuel des eaux non potables utilisées

·        Gestion des risques liés aux réseaux d'eaux non potables

 

Informations tirées du site

http://adminlistes.globenet.org/www.mont-blanc-leman.org/oml/actions/habitat/hqe/intro.htm

ce site est complet, n’hésitez pas à le consulter pour en savoir plus

 

Retour à l'accueil de l'atelier "Comment sont construites nos villes?"