Contenu

Microfusée

Microfusée

 

 
La microfusée apporte tout d’abord des acquis en technologie de construction : travail du carton, du bois, collage, représentation en plan. Elle mène également à une approche des notions élémentaires de physique : gravité, réaction, aérodynamique, mécanique. En outre, des ouvertures sont possibles vers l’électricité (système d’allumage), la chaleur (étude du moteur), la géométrie (mesure d’altitude). Sa conception, sa réalisation et son lancement permettent d’aborder une démarche expérimentale qui inclut diverses phases d’action (contact, découverte, expérimentations, projet). Le travail en équipe, l’évaluation de la faisabilité d’une expérience, la remise en cause en cours de développement de projet sont partie intégrante de l’activité. La phase finale consiste en la réalisation de mesures (temps, altitude) utilisant d’autres techniques (météorologie, photographie...). Suit une exploitation permettant de juger de la validité des résultats et du comportement d’une fusée en vol. Une microfusée est donc une activité de loisir par son caractère spectaculaire et permet l’acquisition de nombreuses notions et attitudes scientifiques et techniques, ouvertes vers divers autres domaines.
 

 

(JPG)

 

 
SES PERFORMANCES

Suivant son type de propulseur et son mode de construction, la microfusée peut atteindre des altitudes entre 50 et 250 mètres pour des masses variant entre 20 et 150 grammes. Son lancement peut donc s’effectuer à partir d’une aire équivalente à un terrain de sport. En fin de propulsion, c’est à dire après 3/10 à 2 secondes de vol, les vitesses atteintes sont de l’ordre de 200 km/h (55 m/s). Elles la font effectivement rentrer dans le domaine aérospatial.





Exemple de projet de microfusée