[Interview] C’Space 2014 : projet Cookie 3.14

Le C’Space ce n’est pas que des fusées, c’est aussi des ballons. En 2014, un seul projet ballon était présenté et  a été mis en œuvre . Anthelme, encadrant du club et les 5 jeunes  de la MJC d’Ermont qui le composent ont répondu à nos questions…..

 En quoi consistait votre projet et comment vous l’avez imaginé ?

Le club MJC d'Ermont lors de la qualification de leur projet

Le club MJC d’Ermont lors de la qualification de leur projet

Le projet cookie 3.14 est un ballon expérimental dont les expériences  visent à étudier le comportement d’une boisson à base de cola à haute altitude et en particulier,  sa dé-gazéification. Ce projet est en réalité le successeur du projet cookie 3.1 qui s’intéressait quant à lui à la dilatation de marshmallow et qui a été mis en œuvre en 2013 lors de la journée VIP du C’Space.

Cette idée de projet a été proposée par un de nos membres lors d’un voyage en avions. Alors qu’un membre du personnel de bord venait de lui servir de cette boisson gazeuse à base de cola, il se demanda :  « Est-ce que ma boisson servi en altitude perd plus vite de son effet gazeux que sur le planché des vaches ? ».

Expériences embarquées du projet ballon projet cookie 3.14

  Afin de répondre à ce questionnement , nous avons trouvé deux méthodes qui permettent de  mesurer ce phénomène. Le gaz utilisé pour la gazéification étant du CO2, la première expérience permettait de mesurer le CO2 contenu dans un récipient hermétique.  Le pH du liquide variant en fonction du gaz carbonique dissout, la seconde méthode consistait à mesurer le pH  de la boisson à l’aide d’une sonde adéquate.Nous avions également intégré des capteurs météorologiques tels que température, pression intérieure pour connaitre l’environnement des mesures et de l’altitude. Un GPS fut également placé afin d’avoir une seconde indication de l’altitude ainsi que le positionnement dans l’espace pour faciliter la récupération de la nacelle. Toutes les informations ont été stockées sur une carte SD et envoyées au sol en temps réel à l’aide d’un émetteur kiwi. Nous avons ainsi visualisé les informations recueillies à l’aide d’un logiciel conçu par un nos membres, permettant par exemple, de visualiser la trajectoire du ballon sur une carte ainsi que les variations de valeurs sur des graphiques.

Avez-vous des anecdotes concernant ce projet ( sur l’ensemble du projet, de la réflexion au lâcher) ?
Nous en étions à un moment persuadé, notre pH-mètre n’a jamais cessé de fonctionner (brave bête …), mais nous avons pu tirer une leçon de cette histoire : on ne peut pas placer un pH-mètre et un conductimètre dans la même solution : la loi du plus fort est toujours celle du conductimètre .
Nous avons sur-alimenté notre GPS, un jour avant le lâché, il a grillé. C’est l’Estaca qui nous a proposé son GPS qui a pu nous permettre de suivre et récupéré notre Ballon. Ce fut très aimable de leurs parts connaissant la probabilité de récupération d’un ballon qui part en stratosphère.
Nous avions réutilisé un circuit électronique pour transformer l’énergie électrique de Cookie 3.14 . Mais comme nous avions changé de micro-contrôleur, nous avons dû faire des ponts filaires entre les deux cartes. Lors du lâcher, le ballon venant d’être fini de gonfler, la télémesure n’envoyait aucune donnée. Nous avons vérifié en catastrophe l’état des cartes dans la nacelle, la carte micro-contrôleuse n’était pas alimentée. À deux, plongés dans la nacelle, ils nous fallait trouver la panne. Le ballon venait d’être attaché, et l’aérotechnicien nous demanda:

– C’est bon pour vous ?

– Nooooon ! Deux secondes ! Deux secondes !.

Quand, dans un tilt téméraire, un de nous trouva :

– Le micro-contrôleur n’as pas son fil d’alimentation ! Quelqu’un en aurait un !

Lâcher ballon C'Space 2014

Au final, le projet Cookie 3.14 a bien pris son envol .

– Oui, bien sûr, répondit Arthur qui au paravent avait pris les deux trois fils qui restaient sur la table avant de partir  « au cas ou ». Le micro-contrôleur alimenté, le feu vert, devant les VIPs impatient fut donné, et le ballon effectua un beau voyage jusqu’au delà de Bordeaux. Il fut récupéré, et eu beaucoup de données.

 

 

Un dernier commentaire ?
« Je trouve toujours génial que le C’Space permette de faire travailler tous ces clubs avec sérieux et complicité. »

 

    Laisser un commentaire