Des animaux dans l’espace: est-ce vraiment interdit?

Les cahiers des charges Fusée et Ballon de Planète Sciences sont très stricts sur un point: il est interdit d’embarquer un animal (mort ou vif). En effet, pour des raisons éthiques, les animaux ne font pas l’objet d’expérimentation à Planète Sciences. Mais pourquoi certains groupes arrivent à placer un animal à bord? Et je ne parle pas des premiers vols habités soviétiques et américains avec un chien ou un singe comme passager.Les projets Ballon stratosphériques, tels que ceux mis en œuvre par le secteur espace, sont populaires sur le continent nord américain (bonjour à Laurent le québecois au passage). On aura beaucoup parlé sur la toile du projet de deux adolescents Canadiens qui on lâché, en Janvier 2012, un ballon habité par un bonhomme Lego, mais je vais m’attarder ici sur un autre projet, plus amusant.

Un poulet dans l’espace

Oui oui, un poulet! L’histoire a fait un peu moins de bruit, malgré le drapeau américain soigneusement cousu sur la combinaison du poulet. La NASA en a fait la une de sa page « photo du jour »… mais de quoi s’agit-il au juste? Ça se passe en Californie USA, au mois de Mars: alors que les radiations solaires atteignent un maximum depuis 2003, deux lycéens ont l’idée de mesurer le rayonnement solaire à l’aide d’une expérience sous ballon. Ils sont en particulier inspirés par l’expérience Camilla de l’observatoire de la dynamique solaire (SDO) de la NASA.

Prix Ig Nobel 2007: un poulet en caoutchouc - par Improbable Resarch

Avant la poule il y avait l’œuf…ou l’inverse?

(digression: cette enigme scientifique a fait l’objet d’un mini-opéra en 2 actes interprété, entre autres par 5 lauréats de prix Nobel: voir les annales de la Recherche Improbable (Improbable Research) relatives à la cérémonie de remise des Ig Nobels 2007)

L’expérience Camilla c’est en fait un coronographe en orbite (un équipement qui masque le disque solaire pour faire ressortir sa couronne et les objets avoisinant). Les scientifiques du laboratoire de dynamique solaire travaillent sur ce projet en compagnie d’un…poulet, enfin, un poulet en caoutchouc, du genre qui fait « kweek kweek » quand on presse dessus -oui Laurent, du même type que celui des Monty Pythons- L’équipe scientifique ne dit pas depuis quand Camilla (le poulet) accompagne Camilla (le projet). L’histoire de Camilla (poulet), rapportée sur son blog, est touchante: le jeune Paul a acheté le poulet sur un étalage; de retour à la maison, Paul et son père ont entretenu une longue (et certainement hilarante) conversation avec le poulet au point que le père, scientifique au SDO, s’est convaincu que le poulet avait sa place dans son équipe et fut adopté immédiatement. Depuis ce jour, Camilla (le poulet) est devenue la mascotte du projet et de la mission. Camilla rend l’expérience plus amusante auprès du grand public, à qui elle explique en mots simples les résultats obtenus, éveille les enfants à l’étude des phénomènes solaires et à se diriger vers une carrière scientifique et aérospatiale. Est-ce que cela fait de Camilla une animatrice scientifique ?
Camilla (le projet) est en orbite depuis le 11 Février 2010 tandis que Camilla (le poulet) est resté sur le plancher des vaches…enfin pas totalement.

Revenons à nos poulets

Oui, revenons donc à l’expérience des adolescents américains, inspirés par les scientifiques de la NASA, tant pour leurs facéties que pour leur sujet d’expérience. Ils ont embarqué une cousine de Camilla sous un ballon sonde, équipée d’une combinaison spatiale sur mesure, à deux reprises (les 3 et 10 Mars) pour conduire leur expérience.

Photo du Jour de la Nasa du 29 Avril 2012: Camilla, le poulet en Caoutchouc!

Aux dernières nouvelles, les résultats de la mission ne sont pas encore connus: les 2 capteurs de radiation que portaient Camilla sont en cours d’analyse auprès d’un laboratoire et les graines de tournesol embarquées ont été plantées en même temps que d’autres graines témoin restées au sol.

Mais Camilla de Californie n’était pourtant pas le premier poulet de caoutchouc de l’espace, ni le dernier!

  • Le 8 Mai 2011, à bord de la mission Ballon BTS-1 « Inspiration »embarquait un équipage original: le commandant Camilla du SDO (le poulet donc), le pilote Fuzz Aldrin (un ours en peluche), et le spécialiste de la mission Skye Blue (un cochon en peluche). Objet de la mission: sensibiliser les jeunes et leurs parents en leur montrant qu’ils peuvent « toucher » l’espace avec un projet facile à mettre en œuvre. Ironie du projet: la nacelle fut retrouvée 5 jours après la descente sous parachute, mais le paquet a été perdu lors de l’expédition par FedEx!

    BTS-1, un projet Ballon pour inspirer les jeunes

  • A l’occasion de l’éclipse annulaire de soleil du 20/21 Mai 2012, Camilla embarque de nouveau pour prendre des photos de l’ombre portée de la lune sur la Terre. Camilla devient célèbre: elle a été interviewée à 2 reprises par la chaîne de radio anglaise BBC tandis que les fans de Camilla (le poulet, je précise…) se pressent pour lui offrir une nouvelle combinaison spatiale. Le Sun (bien sûr) et le DailyMail lui ont même dédié un article: autant dire que c’est une star de l’autre côté de la Manche!

    Note: pas besoin de comprendre l’anglais pour s’amuser des photos qui composent la vidéo…dont la fin est en fait une chanson dédiée a Camille composée par des anglais!

Un poulet avec des ailes d’astronaute

Voila qui fait tout de même 4 vols sub-orbitaux pour Camilla: pas mal pour un poulet! Mais surtout, un ambassadeur (OK, ça reste un poulet en caoutchouc) qui inspire et continue sa mission de vulgarisation scientifique amusante, à faible coût.

Note: En Mars, Camilla a aussi suivi l’entrainement de l’astronaute Reid Wiseman à la cité des étoiles près de Moscou! Rien ne semble arrêter l’ascension de Camilla!

Ça y est? vous êtes fan de Camilla: retrouvez ses aventures sur Facebook!

Plusieurs photos de Camilla, avec légende en anglais, sont regroupées sur l’album photo de space.com

Conclusion: pour s’envoler dans l’espace il faut un poulet?

Non pas, un poulet (c’est déjà fait!), mais le lecteur attentif pourra rapidement conclure que pour faire parler de son projet ballon, il suffit de lui associer un objet sympathique, placé devant la caméra, sans oublier le drapeau pour soulever l’enthousiasme national.

Une prochaine fois nous nous pencherons sur le cas d’autres animaux de l’espace…mais avant de terminer, écoutez cette célèbre et hilarante présentation d’article scientifique « Chicken-Chicken » – et pas besoin d’être anglophone!

 

    2 réflexions au sujet de « Des animaux dans l’espace: est-ce vraiment interdit? »

    1. Ping : Un drapeau sinon rien | Blog Pla-Sci

    2. Ping : On peut faire voler tout…ou presque | Blog Pla-Sci

    Laisser un commentaire